Curry d'agneau pour ceux qui croient aux contes de fées

Publié le par Maryse

Je me suis toujours demandée pourquoi les contes de fées ne faisaient pas la part belle à la gastronomie. C’est vrai quoi, l’ogre se contente d’avaler les petits enfants tout crus, le loup du petit chaperon rouge et celui des trois petits cochons gobent eux aussi tout rond ce qui leur passe sous la canine, blanche-neige croque une pomme sans prendre le soin d’en faire une tarte tatin… Bon il y a bien Hansel et Gretel qui jouent un peu les gourmands et le clochard qui emmène la Belle au resto italien…  ça va pas nous sauver les contes de Perrault dont le petit Poucet préfère émietter une miche de pain sur son chemin plutôt que d’en faire des croûtons à l’ail (pauvre fou).


Curry d'agneauAlors, nous allons tenter de sauver les contes de fées. Il faut les épicer un peu, les réveiller et leur proposer une bonne tablée festoyante, ou alors un petit dîner romantique. D’ailleurs, peut-être qu’un cuisinier cache ses talents au pays de jamais-jamais ? Peut-être que le prince de la Belle au Bois dormant l’a éveillée grâce à un fumet délicat ? Je suis sûre que c’était un curry d’agneau.


D’ailleurs, voici comme il s’y prit : après avoir dûment égorgé le dragon d’un revers d’épée, il se dirigea vers les cuisines du château. Tout n’avait pas été utilisé depuis une bonne centaine d’années là-dedans. Qu’à cela ne tienne, il appela la marraine de Cendrillon, une fée rondouillette qui pourrait l’aider d’un coup de baguette. Hop, sitôt dit, sitôt fait, la cuisine fut en ordre. Juste un peu gonflante pensa-t-il, avec sa chanson  "Salagadou, la menchikabou, la Bibidi Bobidi Bou" et gnagnagna. Il lui demanda également de lui faire apparaître sur le plan de travail des ingrédients pour 6 personnes, s’étant dit à juste titre que la Belle devait avoir la dalle depuis 100 ans qu’elle ronflait. Du gigot ou de l’épaule, de la noix de coco, du lait, 1 piment oiseau, des oignons, de l’ail, de la coriandre fraîche, du gingembre, de l’huile, du cumin, du sel, du poivre… ah, et du curry, bien sûr. A voir la délicieuse couleur des épices, sûr que la vieille se fournissait chez Aladin.


Tout d’abord, il installa l’épaule d’agneau sur le plan de travail. Il convoqua l’ogre qui avait en sa possession une hache. Elle servait à trancher la chair fraîche, le prince s’était donc dit qu’elle viendrait à bout de sa pièce de viande sans aucun problème. L’ogre accourut aussitôt grâce à ses bottes de sept lieues. Et comme nous essayons de donner aux contes de fées un semblant de respect pour la chose culinaire, il cueillit des cèpes en chemin (c’est la saison). En trois coups de hache, il obtint de jolis cubes d’agneau. "Ah, et puis, si c’est pas trop de demander", lui fit le Prince, "tu pourrais pas me faire des copeaux de noix de coco steup’ ?" L’ogre s’exécuta en grognant que le Prince était con parce qu'on vendait du lait de coco tout prêt au Monop' du palais, puis repartit en quête de persil pour se faire une poêlée de champignons savoureuse à en devenir végétarien.

Le prince amena le lait à ébullition et y versa la coco râpée. Il laissa infuser le tout 30 minutes puis passa le tout au chinois en récupérant le maximum de liquide possible.


Dans une cocotte, il fit dorer la viande sur tous ses côtés, la sala et la poivra. Il hacha les oignons et écrasa les gousses d’ail, puis mit le tout dans la cocotte et poursuivit la cuisson 3 minutes à feu doux en remuant sans cesse. Il ajouta les épices, mélangea et mouilla avec le lait de coco qu’il avait obtenu tout à l’heure. Puis tout cela fristouilla doucement pendant une heure. Le temps de lire la Gazette du Royaume, quoi. Il retira alors la viande avec une écumoire, filtra le jus de cuisson, rectifia l’assaisonnement et le reversa sur la viande.


Il sortit les plus beaux couverts du palais et disposa la viande dans une assiette. Il parsema son plat de coriandre fraîche et servit le tout avec un riz basmati.


Il piqua alors un cube de viande avec sa fourchette et le passa sous le nez de la Belle endormie. Celle-ci se mit à humer comme par magie le doux fumet du plat amoureusement préparé. Elle s’éveilla enfin tout à fait et s’attabla aussitôt. Elle ne se leva que lorsqu’elle eut absolument tout mangé.


Le prince était si content qu’il dansa la tektonik...


 

C'est joli non ? Pour éveiller une belle endormie, voici la recette secrète du Prince qui m'a dit je cite : "allez chuis sympa je te la file".

 

 

Curry d'agneau pour ceux qui croient aux contes de fées

 


Préparation : 20 minutes
Cuisson : 1h10

Ingrédients pour 6 personnes

 

Curry d'agneau- 1.2 kg de gigot d’agneau ou d’épaule désossée

- 1 à 2 briquettes de lait de coco ou 25 cl de lait + 100 g de coco râpée

- 1 piment oiseau

- 3 oignons

- 2 gousses d’ail

- 2 cuillères à soupe de curry

- 1 cuillère à soupe de gingembre en poudre

- 2 cuillères à café de cumin

- 1 bouquet de coriandre fraîche

- 2 cuillères à soupe d’huile végétale

- sel, poivre

 

Détailler l’agneau en cubes de 2 cm de côté. Faire infuser la coco râpée dans le lait puis filtrer (si l’on choisit cette méthode, sinon le lait de coco est déjà prêt en briquettes). Faire dorer la viande dans de l’huile, saler et poivrer (dorer pendant une dizaine de minutes). Hacher les oignons et écraser l’ail, les mettre avec la viande. Faire cuire 3 minutes à feu doux en remuant souvent pour ne pas laisser attacher. Ajouter les épices (sauf la coriandre fraîche). Mélanger une minute puis mouiller avec le lait de coco maison ou en briquettes. Cuire une heure à frémissements. Filtrer le jus de cuisson éventuellement (surtout si l’on utilise le lait de coco maison). Reverser le jus de cuisson sur la viande et parsemer de coriandre fraîche ciselée. Servir avec un riz basmati.

Publié dans Plats

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article